Se connecter

Libérez-vous de la négativité !

Article écrit par Hélène de Prism’Evolution.

 

Saviez-vous que votre cerveau émet 60.000 pensées par jour, soit plus de 41 par minute ? Plus fort encore : seulement 5% de ces pensées journalières sont considérées comme positives. Autant dire une goutte d’eau dans l’océan. Tout le reste, c’est du négatif et du parasite, qui se manifeste bien souvent à votre insu et influe sur votre humeur… et même sur votre état de santé, si vous vous laissez submerger sans réagir. Le Docteur Masaru Emoto a d’ailleurs mené des expériences particulièrement édifiantes en la matière (voir son ouvrage Les messages cachés de l’eau). Pour être heureux, cessez donc de chercher le bonheur comme une fin en soi : faites plutôt la chasse aux pensées négatives en méditant ces quelques conseils. Et n’oubliez pas que le seul obstacle à votre bonheur, c’est vous.

 

Comprenez l’influence de vos pensées sur votre existence

Cogito, ergo sum. « Je pense, donc je suis ». Si, à en croire Gomez Pereira (puis René Descartes), votre pensée façonne et détermine à elle seule les aléas de votre existence, alors la loi de l’attraction pose que votre pensée se suffit à elle seule pour se concrétiser. C’est un véritable effet miroir qui se met en place : ainsi, pensez négatif, et vous attirerez à vous le négatif. Pensez positif, et vous attirerez à vous le positif. On parle d’effet nocebo et d’autosuggestion. N’est-ce pas là le meilleur argument qui soit pour vous inciter à sortir de votre zone de confort et à prendre votre félicité en main ?

Prenez conscience de vos pensées négatives

La prise de conscience est la première étape de votre cheminement vers un mieux-être. Si vous lisez cet article, c’est probablement qu’elle a d’ores et déjà commencé. Les pensées négatives sont sournoises : on ne remarque pas toujours leur présence d’entrée de jeu. Pourtant, leur influence sur votre vie, elle, est bien réelle ! Aussi, au lieu de demeurer dans un état de pure passivité et de subjectivité, commencez doucement mais sûrement à prêter l’oreille à ce que vos pensées négatives vous murmurent. Mieux encore : une fois la pensée lancinante cueillie, prenez la peine de la noter sur une feuille de papier.

Entamez une démarche introspective

Matérialiser votre pensée de façon manuscrite vous aidera à l’aborder avec davantage de recul. Il est essentiel de ne pas laisser cette pensée en suspens, telle quelle : émettez systématiquement des hypothèses quant à ses origines. Pourquoi ai-je pensé cela ? Quels ont été les éléments déclencheurs ? Cela implique de chercher plus profondément les réponses en vous pour déceler et annihiler croyances limitantes, constructions irrationnelles ou complexes sous-jacents. Il s’agit d’une démarche de saine introspection, qui vous aidera à prendre durablement conscience de la teneur négative de vos monologues intérieurs et à réagir en conséquence.

Fuyez ce qui déclenche la négativité

L’exercice précédent vous permettra de vous rendre compte que certains éléments exercent une influence néfaste sur votre moral. Peut-être vous faudra-t-il du temps pour les identifier clairement, mais ne désespérez pas. Une fois ces éléments appréhendés, tentez de les fuir autant que faire se peut pour vous préserver. Une personne de votre entourage professionnel déclenche systématiquement un mal-être chez vous ? Éloignez votre bureau d’elle le plus possible. Les actualités vous font sombrer dans le pessimisme et la morosité ? Déconnectez-vous temporairement des médias. À chaque mesure déployée, analysez vos réactions sur le long terme pour juger de leur impact sur votre moral.

Transformez le négatif en positif

Si vos pensées négatives exercent indubitablement une influence sur votre état et votre existence, il en va fort heureusement de même pour les pensées positives. C’est d’ailleurs sur ce constat que se fondent les préceptes de la psychologie positive. Chaque fois qu’une pensée négative vous assaille, faites l’effort de la transformer en quelque chose de positif. Soyez optimiste, et préférez voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Par exemple, si vous vous apercevez qu’il pleut alors que vous aviez planifié une sortie à la plage, au lieu de vous morfondre et de pester contre le temps, essayez de penser à tous les effets bénéfiques de la pluie : « ça rafraîchira l’atmosphère », « la végétation n’en sera que plus belle », etc.

Cherchez le positif autour de vous

La culture d’une attitude positive passe également par la manière selon laquelle vous percevez les éléments extérieurs qui se présentent à vous. Pour transformer profondément et durablement votre vision des choses, efforcez-vous de filtrer tout le négatif et le positif de votre journée. Fermez-vous au négatif ou transformez-le en positif, comme vous l’avez vu dans le paragraphe précédent. À

l’inverse, soyez plus attentif à tous ces petits riens susceptibles d’égayer votre quotidien : le sourire d’un enfant, un rayon de soleil, une bonne nouvelle, etc. Laissez le temps au cercle vertueux de se mettre en place : plus vous serez réceptif au positif, plus vous deviendrez positif.

Ne soyez pas trop sévère avec vous-même

Personne n’est parfait. À bien y réfléchir, c’est une excellente chose : notre présence sur Terre serait d’un ennui mortel. Nous avons tous le droit à l’erreur. Ce n’est néanmoins pas une raison pour ruminer chacun de vos échecs. Vos erreurs ne doivent pas vous inciter à broyer du noir : en raisonnant de la sorte, vous stagnerez et vous n’évoluerez pas. Apprenez à vous relever, à maximiser le positif plutôt qu’à donner plus d’importance qu’il n’en faut au négatif, et à vous focaliser sur vos forces plutôt que sur vos faiblesses. Vous avez échoué, ce n’est pas la fin du monde, tout le monde passe par là : c’est une occasion inespérée de rebondir et d’aller de l’avant.

 

Bien entendu, votre changement d’état d’esprit ne s’opérera pas du jour au lendemain. Les grands bouleversements s’envisagent rarement sur du court terme, de la même façon qu’il est inenvisageable de perdre 5 kilos en une semaine ! Il vous faudra faire preuve de patience et de persévérance, « muscler » votre pensée positive pour lui permettre de mettre le négatif au tapis. Les conseils précédemment cités, pratiqués quotidiennement, vous y aideront. En parallèle, si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à vous faire aider par des professionnels ayant suivi une formation en coaching de vie (comme celle-ci par exemple) et/ou disposant de sérieuses connaissances en psychologie pour vivre sereinement cette transformation. Votre bonheur est à portée de main : autorisez-vous à le saisir !

 

Article écrit par Hélène de Prism’Evolution.

14 octobre 2018

1 réponses sur "Libérez-vous de la négativité !"

  1. C’est vrai qu’aujourd’hui les informations négatives envahissent notre quotidien à travers les médias ou l’état d’esprit de certaines personnes. Cherchons le positif en nous.
    Il y a un livre intéressant qui aborde ce sujet si vous souhaitez aller plus loin avec « Les quatre accords toltèques : la voie de la liberté personnelle» (https://agir-pour-gerer-sa-vie.fr/les-quatre-accords-tolteques/).
    Merci pour cet article qui fait réfléchir.

Laisser un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Goodbye Comfort Zone ® 2018