Auteur : Hanine

Archive Posts Listed On This Page

J’ai couru mon premier marathon

Zone de confort, ici Hanine !

Tout est parti d’un message reçu, un commentaire qu’on m’a posté …

« Le marathon de Paris, c’est le dimanche 1er avril et les inscriptions c’est maintenant… Je dis ça, je dis rien …:) »

Il y a deux choses que j’adore dans la vie : relever des défis et courir derrière les filles aussi 😉 alors CHALLENGE ACCEPTED !

J’ai 6 mois pour me préparer mais tout ne va se passer comme prévu.

Paris, France

Ligne de départ du marathon

Un marathon, ça ne s’improvise pas : c’est 42,195 km à parcourir. La plus grande distance que j’avais parcouru avant celle-ci, c’était pour un semi-marathon, soit 21 km. Alors, j’avais intérêt à bien me préparer. La course a réellement commencé il y a plusieurs mois et il fallait que je réussisse à garder la motivation jusqu’au bout en plus de gérer plusieurs blessures et imprévus. Pour cela, j’ai puisé dans plusieurs techniques de développement personnel et management que je connaissais.

Comment atteindre un objectif ambitieux ?

Je vais vous lister quatre étapes qui vont vous permettre, durant la réalisation d’un projet ambitieux, de garder la motivation sur le long terme et de ne surtout rien lâcher !

Étape 1 – Diviser un objectif important en plusieurs sous-objectifs qu’il faudra programmer sur la durée. Vous garderez plus facilement la motivation en atteignant des sous-objectifs régulièrement.

Étape 2 – Créer un écosystème. Pour garder la motivation, entourez de personnes ayant le même objectif afin de créer un cercle bénéfique autour de vous. Parlez également de votre projet autour de vous afin de créer une pression sociale positive.

Étape 3 – Mesurer et noter les progrès en incluant une activité amusante. Par exemple, je m’interdisais d’écouter de la musique en dehors de mes séances de running.

Étape 4 – Se féliciter et célébrer chaque victoire. Soyez fier de vous quand vous atteignez un de vos objectifs !

Avec toutes ces techniques, la motivation devient juste une conséquence de l’environnement.

C’est mon jour, une nouvelle étape dans ma vie, un grand accomplissement personnel.

Durant un marathon, il faut faire preuve d’humilité : qu’on soit le débutant en running ou le champion des marathons, aucun ne peut savoir comment va se dérouler la course.

Au début, tout va bien. Au bout de 54 minutes de course, j’ai parcouru 10 km à une vitesse moyenne de 11,5 km/h. Mon niveau de fatigue est faible.

Arrivé à la moitié de la course, mon niveau de fatigue est moyen. Ça fait presque 2h que je cours et pour l’instant, je me sens toujours capable d’avancer.

Et là, le MUR. Ce fameux mur dont tout le monde m’a parlé durant mes mois d’entraînement. Ça fait 30 km et mon niveau de fatigue est élevé. C’est à ce moment-là que beaucoup abandonnent à cause de l’épuisement : comme toute notre réserve de glucides a déjà été vidée, notre corps pompe l’énergie nécessaire à l’effort dans nos lipides, ce qui cause une fatigue musculaire et nos muscles ne se contractent plus correctement.

Pourtant, je tiens encore le coup, j’ai un défi à relever !

Mais 6 km plus loin, mon niveau de fatigue est vraiment critique : mes muscles sont tétanisés, mon ancienne blessure se réveille et est plus douloureuse que jamais… Ce n’est pas un mur que j’ai devant moi mais la Muraille de Chine !

Je vois les gens tomber d’épuisement devant moi, des larmes de douleurs et de fatigue coulent …

Désolé, mais je n’en peux vraiment plus …

Dans le développement personnel, des fois, on rencontre des phrases bidons comme « Qui veut, peut » ou encore « Tout est dans le mental ». Mais en fait, elles ne sont pas si bidons que ça. Ce sont des phrases qui se vivent et là, au moment où je me sens vidé de toute énergie et de toute force, je comprends enfin le vrai sens de ces phrases. Il est hors de question que j’abandonne maintenant !

Niveau de fatigue ? On s’en fout, bordel ! Je ne dois pas m’arrêter. 1500 m avant la ligne d’arrivée, je monte à 15 km/h … 500 m avant la ligne ! Je suis à 18 km/h ! Je vois la ligne d’arrivée …

J’ai enfin réussi, je suis un marathonien !

Il y a 5 ans, si vous m’aviez croisé – sûrement dans une boîte de nuit – et dit qu’un jour, je courrai un marathon, j’aurais sûrement pensé que vous étiez encore plus bourré que moi, pourtant, fallait le faire à cette époque.

La vie est un jeu, Goodbye Comfort Zone !

Voir plus...

J’ai fait de l’auto-stop pour la première fois

Zone de confort, ici Hanine !

Et si notre pire ennemi n’était pas celui qu’on pensait ? Et si ce qui nous empêchait de réussir ne se trouvait pas à l’extérieur mais en nous ?

Le cerveau est un ordinateur merveilleux et fascinant : il peut nous pousser à faire des choses incroyables mais il peut aussi nous empêcher d’atteindre nos rêves.

Faro, Portugal
1h45 avant vol de retour

C’est triste mais les plus belles choses ont une fin. Il est l’heure de partir de Faro et d’aller prendre son avion à l’aéroport à l’extérieur de la ville. Et là, comme toujours, deux choix s’offrent à moi :

1- Je pourrais faire comme d’habitude et prendre soit un bus, soit un taxi pour aller à l’aéroport.

OU

2- Je décide de sortir de ma zone de confort et je fais de l’auto stop !

Ou plutôt dans ce cas là, du moto stop. Par hasard, la période de mon voyage coïncidait avec le plus grand festival d’Europe de motocyclistes. C’est l’occasion rêvée pour moi de pouvoir aller prendre mon avion sur l’une des plus grandes motos ou sur l’une des plus originales !

Malheureusement, je ne reçois que des refus : « Ce n’est pas possible », « Je n’ai pas le temps », « Je n’ai pas de second casque » … Ou peut-être que je n’avais tout simplement de seins assez gros pour eux, je ne sais pas …

Je m’avoue vaincu, on ne peut pas gagner à chaque fois. Alors, je retourne dans ma zone de confort et essaye de trouver un taxi. Mais en repensant à ce qui s’était passé, je me suis rendu compte que ça portait un nom : les croyances limitantes.

Les croyances limitantes sont toutes les affirmations ou convictions qui empêchent un individu d’atteindre son plein potentiel. C’est une pensée qu’on considère comme vraie alors qu’elle nous bride et nous fait renoncer à une ambition, un rêve. Ces croyances sont un mal car elles nous empêchent de faire ce que l’on veut vraiment. Elles façonnent notre quotidien alors qu’elles ne sont pas du tout justifiées. On se trouve des excuses, on ne se croit pas capable de telle chose …
Le pire dans tout ça, c’est qu’elles viennent de nous. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’on peut reprogrammer notre cerveau afin de dépasser ses croyances limitantes.

Voici 4 astuces pour réussir à dépasser vos croyances limitantes :

1- Changer d’environnement, en particulier d’entourage. Lorsque vous êtes entouré de personnes toxiques et pessimistes, vous ne pouvez pas être optimiste. Ces personnes ne vont que vous amener vers le fond. Entourez-vous des bonnes personnes, positives, qui ont déjà atteint le but que vous vous êtes fixé. Vous verrez que votre cerveau se débloquera car il y aura des modèles en face de vous.

2- Consommer des ressources inspirantes comme des livres, des films, des documentaires, … Ça nous permet d’avoir des stratégies qui nous montrent que c’est possible.

3- Dire des affirmations positives – la méthode Coué. Il vous suffit de répéter quotidiennement des phrases positives. C’est prouvé scientifiquement que ça aide à la reprogrammation du cerveau et à lui faire croire que quelque chose est réellement atteignable.

4- Visualiser. La visualisation est une technique employée par les sportifs de très haut niveau. C’est un peu comme des affirmations positives mais avec une notion en plus. Elle consiste à visualiser notre objectif atteint en faisant appel à nos cinq sens.

Combinées ensemble, ces astuces sont encore plus efficaces pour dépasser ses croyances limitantes.

Au final, comment ça a fini pour moi ?

Après avoir tourné pendant plus de 20 minutes dans la ville, je n’ai pas trouvé un seul taxi de libre. Alors je n’avais plus le choix, il fallait absolument que je continue à demander si quelqu’un pouvait me prendre. Au moment où je n’y croyais plus, la chance me sourit enfin ! Un motard accepte enfin de m’emmener à l’aéroport. OK, ce n’est pas la plus belle moto, ni la plus originale mais j’ai quand même une chance d’avoir mon vol ! Et surtout, je n’ai pas eu besoin d’avoir de gros seins finalement 🙂

La vie est un jeu, Goodbye Comfort Zone!

Voir plus...

J’ai voulu me faire de nouveaux amis

Zone de confort, ici Hanine!

Voyager seul, c’est génial. Mais rencontrer de nouvelles personnes, c’est encore mieux !

Dans l’épisode d’aujourd’hui, je me trouve toujours au Portugal mais cette fois-ci, je passe en mode multijoueur !

Vous êtes peut être du genre à ne pas oser aborder les gens par peur de les déranger ou simplement par timidité. Je l’étais moi aussi!

Depuis plus de dix ans où je me suis intéressé au développement personnel, la chose que j’aime le plus faire, c’est aborder des inconnus et me faire de nouveaux amis. Et le plus génial dans tout ça, c’est que ça me fait autant flipper que le premier jour !

Je vous replace dans le contexte : je suis donc toujours à Faro et après une petite visite guidée de l’auberge de jeunesse, je décide de débuter ma mission sans perdre plus de temps : me faire des amis et aller faire la fête !

Au début, mes tentatives n’ont pas été fructueuses … En effet, dans le dortoir, la seule personne présente par le lendemain et est trop fatiguée pour sortir…
Je décide alors d’aller voir dans la salle commune : ils sont déjà tous partis à une soirée dans un entrepôt hors de la ville…
Bien décidé à remplir ma mission, j’atteins ce fameux entrepôt après 1h de marche. Mais bien que la soirée soit cool, je suis arrivé bien trop tard et tout le monde s’en va… 

Mais je ne suis pas du genre à me laisser abattre aussi facilement et donc je rattrape alors un groupe de français et on sympathise ! 

Maintenant que j’ai de nouveaux camarades de jeu, il est temps de se lancer des défis et de rencontrer de nouvelles personnes. Et par nouvelles personnes, j’entends bien sûr des filles …;)

Le lendemain, je décide de louer un vélo afin de découvrir la ville d’une autre façon. L’après-midi, je décide de faire une croisière ce qui, une nouvelle fois, me permet de rencontrer de nouvelles têtes.

Maintenant voici le moment que vous attendiez tous : la technique ultime pour se faire des nouveaux amis … qui n’est pas réellement une technique. Je vais vous expliquer ! 🙂

Avant tout, pendant des années, j’ai appris des dynamiques sociales parfois hyper complexes qui étaient, certes, efficaces, mais qui me donnaient l’impression d’être un robot et de n’être centré que sur moi-même et de ne prendre aucun plaisir.

Depuis peu, j’ai intégré une approche que j’avais vu des années auparavant. Celle-ci se trouve dans le livre Comment se faire des amis et influencer les autres de Dale Carnegie. La technique dont je vais vous parler est géniale car, comme je vous le disais plus haut, elle n’en est pas vraiment une : c’est l’écoute active.

Avant tout, il faut bien faire la distinction entre « entendre » et « écouter ». Si quelqu’un raconte sa journée mais que vous êtes incapable de dire ce qu’elle a réellement fait parce que ça ne vous intéresse pas, c’est que vous n’avez fait que l’entendre et pas réellement l’écouter. Vous étiez passif. Au contraire, lorsque vous écoutez quelque chose, vous êtes actif. Vous choisissez d’écouter la personne qui vous parle. Alors d’accord, quand un parent raconte la journée passionnante de son bébé qui a repeint les murs de la cuisine avec sa compote, ce n’est pas très intéressant. Mais on fait un petit effort et on essaye de se concentrer sur les autres et un peu moins sur nous.

Maintenant que la nuance a bien été faite, je peux vous parler plus amplement de l’écoute active. Ça consiste à utiliser le questionnement et la reformulation afin de démontrer à son interlocuteur qu’on a bien compris son message. Elle permet d’établir un lien de confiance rapide sans chercher à se mettre en avant, sans avoir à argumenter ou à plaire aux autres. Alors, on essaye de mettre son ego en veilleuse et on s’intéresse sincèrement à son interlocuteur.

Il est important d’exclure tout jugement ou tentative d’interprétation sur son interlocuteur ; il faut être disponible et montrer son intérêt envers l’autre ; surtout ne pas l’interrompre ; posez des questions ouvertes et inciter l’autre à préciser le cours de sa pensée quand celle-ci est trop vague.
En résumé, il est important que vous respectiez la personne et que vous soyez attentif à ses paroles ainsi qu’empathiques. L’autre ne doit pas se sentir jugé mais en totale confiance.

Cette « technique » est simple mais elle permet de libérer une énergie tellement magique ! Vous allez être surpris de la puissance d’une chose aussi simple que l’écoute active. De plus, si vous êtes du genre timide, elle pourra vous aider à dépasser cela. En fait, on transfère l’attention qu’on peut avoir sur nous liée au regard des autres sur les autres personnes en vivant le moment présent et en se concentrant sur l’interaction.

En tout cas, je peux vous dire que c’était ma première auberge de jeunesse et que je n’ai plus envie de retourner dans un hôtel classique depuis !

Parfois, partir et quitter sa zone de confort rend tout beaucoup plus magique et différent !

La vie est un jeu, Goodbye Comfort Zone!

Voir plus...

J’ai tenté de négocier avec une réceptionniste

Zone de confort, ici Hanine!

Est-ce que vous avez déjà rêvé d’avoir des super-pouvoirs ?
Je suis sûr que oui. Et si je vous disais que j’ai un super-pouvoir et que je suis prêt à vous l’apprendre ? Bien sûr, ce n’est pas savoir voler mais ce n’en est pas moins cool !;)

Je vais vous apprendre à maîtriser le super-pouvoir de la persuasion !

Durant cette épisode, je vais vous raconter la fois où j’ai utilisé la persuasion afin de négocier avec une réceptionniste alors que j’étais dans une situation, disons … contraignante.
Vous vous souvenez sûrement, dans l’épisode précédent, je vous disais que j’étais parti en voyage à Faro au Portugal sur un coup de tête. Mais je ne vous ai pas tout raconter …

Le truc qui est génial avec le fait de sortir de sa zone de confort, c’est qu’un monde aux possibilités infinies s’ouvrent à vous ! Mais ça vous met également face à des situations parfois compliquées et à des imprévus qu’il faut savoir gérer.

Je ne sais si vous étiez au courant mais il existe deux aéroports portant le nom « Bruxelles » en Belgique : Bruxelles Zaventem et Bruxelles Charleroi. Et devinez qui devait arriver la veille et s’est trompé d’aéroport … ? ( Un indice : ça commence par « Ha » et ça termine par « nine »)

Donc, voyant mon erreur, je suis obligé de retourner chez moi pour changer mon billet. Par chance – et avec de la persévérance-, je trouve un billet pas trop cher pour la même destination et pour le lendemain. Soulagé, je préviens l’hôtel afin de pouvoir décaler ma réservation. Mais surprise … !
Ils me font une annonce à laquelle je ne m’attendais pas : ma réservation est perdue et non remboursable.

Alors, à ce moment-là, deux choix s’impose à moi :

1- Me plaindre de cette injustice et râler, appeler un ami afin de me plaindre de cette injustice et râler pour au final, probablement finir par payer … En clair, ce que je faisais habituellement.

OU

2- Décider de jouer à jeu et de négocier sur place avec les techniques apprises dans Influence et Manipulation du psychologue Robert Cialdini, paru en 1984 ,qui est l’un de mes livres préférés.

Je choisis bien sûr la deuxième option. Robert Cialdini est une référence dans le milieu. Il s’est entouré des plus grands maîtres dans l’art de la persuasion, en totale immersion pendant des années.
De là, il a mis en place six grands principes :

1- La réciprocité (ou le donnant-donnant) : lorsque quelqu’un nous offre quelque chose, on se sent obligé de façon inconsciente de faire de même.

2- L’engagement et la cohérence : Si les opinions, les actes et les paroles de quelqu’un ne se concordent pas, alors celui-ci sera souvent considéré comme incohérent, hypocrite et parfois même déséquilibré. La cohérence, elle, est souvent associée à l’intelligence et à la force de caractère. C’est pourquoi, on va toujours rester cohérent dans nos actes et nos paroles même si parfois, ce n’est pas raisonnable.

3- La preuve sociale : nous avons tendance à croire qu’un comportement est approprié à partir du moment où une majorité de personnes l’adoptent ou l’acceptent.

4- La sympathie : quand une personne est sympathique, il est beaucoup plus difficile de lui refuser quelque chose. C’est le cas de nos amis et de notre famille.

5- L’autorité : Automatiquement, on se soumet à l’autorité lorsqu’elle est considérée comme légitime.

6- La rareté : Il semblerait que notre cerveau est plus motivé par la peur de perdre quelque chose plutôt que d’en gagner une autre, comme par exemple, les promotions limitées dans le temps.

Voilà donc les six principes et je vais essayer d’en appliquer certains afin de négocier et de me sortir de cette situation de la façon la plus avantageuse pour moi.

Dans un premier temps, j’utilise le principe de la cohérence combiné à celui de la preuve sociale : je leur dis que je suis une personne qui a pas mal voyagé et que j’avais été agréablement surpris par les commentaires positifs sur leur établissement. J’avais alors envie de découvrir pourquoi.

Dans un second temps, j’établis un rapport de sympathie -soit le principe n° 4 – en souriant et en brisant le rapport professionnel à l’aide d’anecdotes personnelles comme ma mésaventure à l’aéroport avec mon vol raté. Puis, je pose des questions un peu plus personnelles, toujours dans l’optique de rester sympathique.

Pour finir, j’applique l’un des principes les plus puissants : celui de la réciprocité. (Attention, il ne faut pas non plus devenir trop lourd, au risque d’obtenir l’effet inverse !)
Alors, pour ne pas faire too much, j’ai dit que j’avais l’habitude, lors de mes nombreux voyages, d’amener un petit cadeau de remerciement à mes hôtes. Bon OK, ce n’est pas tout à fait vrai … Mais, ce n’est pas vraiment un mensonge non plus ! Disons que je vais commencer cette petite tradition dès maintenant 🙂 !

En développement personnel, l’une des choses les plus importantes que j’ai pu apprendre c’est :

RÉSULTAT = STRATÉGIE + ACTION

Cela veut dire que les conséquences résultent toujours des actions et des stratégies employées. Ce serait une erreur de penser que la stratégie fait tout ! Une bonne stratégie aide, forcément. Mais elle va seulement augmenter vos chances de réussite et non vous garantir 100 % de réussite. Il est donc important de bien appliquer ses stratégies pour se donner le plus de chance !

Ma stratégie a-t-elle fonctionné ?

Résultats : Non seulement je n’ai rien payé en plus, mais j’ai aussi eu la possibilité de changer de dortoir la deuxième nuit après m’être plaint de ronflements. Dans un dortoir avec une majorité de filles qui plus est … 😉

Alors, on dit « Merci Robert (Cialdini) ! »

Et surtout, n’oubliez pas que la vie est un jeu et qu’on peut devenir qui on veut en dehors de notre zone de confort !

La vie est un jeu, Goodbye Comfort Zone!

Voir plus...

J’ai décidé de voyager seul pour la première fois

Zone de confort, ici Hanine!

Est-ce que vous avez déjà pensé aux moments les plus incroyables de votre vie ?

Listez-les et vous verrez que presque à chaque fois, ces moments se trouvaient en dehors de votre zone de confort. Cette fois-ci, je vous raconte la fois où j’ai décidé de partir seul en voyage …

Les vendredis soir, j’avais l’habitude de faire la même chose. Mais cette fois-ci, j’ai décidé de sortir de ma zone de confort et d’acheter le billet le moins cher !Et me voilà parti en direction de Faro au Portugal !

Partir à l’aventure, c’est quelque chose d’extraordinaire ! On vit tellement de choses incroyables, on rencontre de nouvelles personnes, on est complètement dépaysé de par la vue, la nourriture …

En bref, découvrir le monde, c’est génial !

Pourtant, alors que je m’approche de l’avion, je me dis « Bordel, mais qu’est-ce que je fous là ? »
Ça devrait être excitant et pourtant je suis mort de peur et j’imagine les scénarios les plus horribles…

Dans la même situation, vous auriez sûrement peur vous aussi.

La première chose est de connaître le fonctionnement de celui qui régit tout dans notre corps, qui est un appareil à la fois complexe et merveilleux, qui peut nous aider à avancer comme nous bloquer totalement : je veux bien entendu parler du cerveau.

Après quelques recherches, j’ai pu constater qu’il était composé de trois zones :

  • Le néocortex, siège du raisonnement. C’est lui qui va nous permettre d’analyser les situations, de faire des rapprochements entre les éléments et qui va synthétiser le tout. Il agit complètement sur un plan conscient. En résumé, c’est le cartésien de la bande !

  • Le cerveau reptilien, siège des réflexes. Il veille à notre survie. Il va puiser dans nos ressources intérieures, parfois méconnues de notre personne, afin d’agir dans les situations d’extrême urgence. C’est lui qui est donc responsable de certains comportements qui peuvent parfois vous sauver la vie ! C’est donc l’instinctif.

  • Le cerveau limbique, siège de l’émotionnel. Il est attaché à la logique et s’affole en cas de situations inconnues. Dans ces moments-là, il bloque complètement notre néocortex et est à l’origine de cette peur irrationnelle que l’on peut parfois avoir lors de situations inconnues. Il va réagir comme une alarme et vous dire « Je ne le sens pas ». Et vous perdez alors tous vos moyens !

Mais pas de panique ! Cette peur n’est pas insurmontable. Il y a toujours une solution pour la dépasser.

Pour commencer, je vais vous donner un exercice que vous pourrez réaliser lors d’une montée de stress : c’est la technique de la respiration tactique.

Elle est habituellement utilisée par les militaires lors de situations de stress. C’est très simple à comprendre.

Généralement, quand vous avez peur, votre respiration va devenir superficielle ou irrégulière, ce qui va amener un déséquilibre entre la quantité d’oxygène et de dioxyde de carbone dans votre corps. Ça va alors amplifier les symptômes physiologiques d’anxiété.

Vous me suivez toujours ?

Pour faire plus simple, plus vous stressez et plus vous allez encore augmenter votre stress ! C’est un cercle vicieux.

Alors ce petit exercice se compose de 4 étapes :

1. Inspirez par le nez en comptant jusqu’à 4 (avec une inspiration lente et abdominale)
2. Bloquer la respiration une fois vos poumons pleins en comptant jusqu’à 4 (ventre gonflé)
3. Expirer par la bouche en comptant jusqu’à 4 (donc expiration lente)
4. Bloquer la respiration poumons vides en comptant jusqu’à 4

Puis recommencez.

Vous allez voir ça fonctionne. Si, si, je vous assure ! Après tout, c’est une technique de militaires et ils vivent des situations bien plus stressantes qu’un entretien d’embauche ou un premier date

Le livre Le pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle nous donne une autre raison à ce stress : la pensée compulsive.

C’est comme une maladie qui prend racine dans notre passé ou dans notre futur.

La méthode pour s’en débarrasser consiste à revenir sur notre présent en se déconnectant complètement du futur et du passé – qui n’existent que dans notre cerveau.

Alors, je ne vous cache pas que ce n’est pas facile à mettre en application mais avec de l’entraînement, vous allez y arriver !

Personnellement, pour y parvenir, j’ai fait de la méditation. Pour cela, vous devez vous concentrer soit sur votre respiration, soit sur vos sensations physiques ou sur votre environnement.

Cela a tellement bien fonctionné que la dernière fois que je suis allé dans un manège qui me faisait normalement flipper, j’en ai perdu une partie du plaisir liée aux frissons !

Maintenant, vous avez les clés pour profiter de vos expériences les plus incroyables et de vivre vos plus belles aventures.

La vie est un jeu et certaines actions peuvent complètement changer notre vie !

La vie est un jeu, Goodbye Comfort Zone!

Voir plus...

J’ai pris mon premier cours de danse rock

Zone de confort, ici Hanine.

Il y a généralement deux types de mecs en soirée : celui accoudé au bar 🍻 et celui qui sait (ou pense savoir) danser et qui enflamme la piste de danse. 🕺

Il m’arrivait d’être à la fois ces deux personnes lors d’une même soirée, tout dépendait de l’heure plus ou moins tardive à laquelle vous me croisiez 😜

Plus sérieusement, j’ai toujours voulu savoir danser et j’ai eu l’occasion durant les deux dernières années, et les quelques centaines de défis dans lesquels je me suis embarqué, de suivre plusieurs cours de danses latines notamment de salsa.

Depuis, l’un de mes jeux préférés en soirée est de faire croire à des inconnues que je suis prof de salsa et d’improviser un mini-cours (ce qui est peut-être très crédible à condition de m’arrêter au bout de 30 secondes ^^).

Voilà, ça faisait longtemps que je parlais de prendre un premier cours de danse rock sans jamais prendre le temps de le faire, c’est désormais chose faite !

Au-delà de l’aspect apprentissage, les cours de danse sont une bonne alternative pour se dépenser physiquement tout en s’amusant et surtout une excellente manière de sortir de son cercle social pour faire de nouvelles rencontres.

Bon, par contre, il me faudra quelques dizaines de cours de plus pour pouvoir me faire passer pour un prof de rock ! 😅

Qui a dit que devenir la meilleure version de soi-même ne devait être que chiant et contraignant ?

La vie est un jeu ! Goodbye Comfort Zone !

Voir plus...